Je trie tout ce que nous avons accumulé (en espérant que cela nous serve un jour) dans cette maison ou nous avons vécu pendant 35 ans. Je déchire, je jette dans la poubelle tout ce qui sera inutile dans notre nouvel appartement, des vieux livres et surtout tous mes livres. Mes livres m’ont nourris, fait toujours rêver, ils sont avec moi, ils vivent dans ma mémoire.

Nous avons jusqu’à mi-janvier pour quitter la maison et remettre les clés.

Je trie mes photos sans trop m’attendrir, les affaires scolaires de mes enfants.

Incroyable ce que j’ai conservé, j’étais une grande malade……

Je monte et descend des dizaines de fois l’escalier qui mène aux chambres chargée de l’histoire de toute une vie.

En attendant, cette occupation me fait penser à autre chose que ma maladie.

De toute façon il fallait que je fasse ce travail pendant que j’en avais encore la force.

Avoir encore le temps et la force ! Ma perception du temps a totalement changé depuis ma maladie.

Avant, je pensais que j’avais encore plusieurs décennies à vivre. Le futur a disparu, je vie au jour le jour, quand je fais des projets c’est à court terme.

Mes enfants me rassurent, ils croient dans mes chances à survivre longtemps parfois plus que je n’y crois moi-même.

Voilà pour aujourd’hui, je fais mon sport en continuant mon classement.