J’ai réceptionné ce jour l’enveloppe que me fait parvenir l’hôpital avec mes résultats TEPS.CAN. L’enveloppe était plus lourde qu’à son ordinaire ce qui ne présage rien de bon. Comme je m’y attendais,  pas de compte rendu mais des clichés couleurs qui m’inquiètent. Je vois l’oncologue qui me suit jeudi prochain, on verra ce qu’elle en pense.

J’irai à ce rendez-vous seule je m’en sens capable et j’espère bien maitriser  mes émotions. Mes enfants toujours présents veulent m’accompagnés  mais je me suis rendu compte que tout ça les bouleverse. J’ai besoin d’air entre eux et moi pour mieux me prendre en charge.

Ma sœur ne se propose pas et mon conjoint est hors-jeu depuis son AVC.

Je me tourne vers les applications que j’ai téléchargé ainsi que sur la méditation.

Pour gérer je mets de l’espace tout autour de mes ressentis. Mon esprit ne doit pas se rétracter, tourner en boucle sur lui-même sans rien résoudre.

Je suis prise dans les chutes d’un violant torrent, il me cogne contre des rochers alors, je fais la planche, je me laisse emporter je m’essaie pas de lutter, toujours rester à la surface sans se faire engloutir et attendre le moment propice et plus calme pour enfin sortir la tête de l’eau.

Je ne veux pas que mes problèmes prennent toute la place, pour qu’ils m’empêchent de profiter de la vie. Je ne veux pas être asservie, altérée, anéantie par mes problèmes.

Face à ce cancer, je me pose, cette pose est précieuse pour augmenter ma lucidité, ma liberté. C’est une épreuve que je dois assumer seule.

Voilà, ce soir j’ai tout dit, maintenant je dois tourner la page, ne pas faire l’autruche mais VIVRE.