La veille, prise de sang de routine comme chaque semaine. Une surprise désagréable m’attendait.

Ma valise était fermée, dans l’entrée elle semblait me dire : «   alors ? on part ». Et puis le téléphone a sonné c’était l’hôpital.

-       Nous avons un problème avec vos plaquettes. Refaite une prise de sang demain matin.

-       Mais…mais docteur, je pars à Lisbonne, je prends mon avion demain matin.

-       Non madame je ne peux pas vous laisser partir dans cet état et vous devez être prête pour une transfusion sanguine si nécessaire.

J’ai pleuré à en remplir une piscine. Nouvelle prise de sang. Si mes plaquettes ne remontent pas c’est la transfusion de sang qui m’attend. L’avion est parti sans moi. Tout annulé au dernier moment. Le cancer ricanait.

Adieu le tram 28, adieu, les pasteis de nata, adieu ma rupture avec la maladie, retour à la case départ. Je ne baisse pas les bras, ce n’est que partie remise, je partirai, plus longtemps et plus loin il me faut juste un peu de patience.