La semaine prochaine je vois mon oncologue pour la marche à suivre. Une chimio médicamenteuse m’a-t-il dit.

Gardons espoir.

Je suis heureuse lorsque je me lève tôt le matin et que je pars faire ma grande marche à la fraicheur du parc. Après, les heures d’égrainent avec une telle lenteur sous cette chaleur de plomb.

Plus envie de transformer ma baignoire en douche, plus envie de mettre un lave main digne de ce nom dans mes toilettes. Envie de voyager, envie de bout du monde.

Vendredi je passe un scanner. Mes marqueur cancer étant en baisse, cela devrait me rassurer mais, l’oncologue ne cesse de me dire que tout dépendra aussi du scanner ce qui ne me rassure pas du tout. Depuis deux jours j’ai une boule au fond de la gorge, cela en devient même douloureux. Je vais essayer de me plonger dans mes séances de méditation, j’ai vraiment besoin de me détendre.

Je me suis tout de même attaquée à refaire mes toilettes. J’enduis, je ponce, lave, peint, pose des accessoires. Il faut que je le fasse maintenant. J’ai une fenêtre de tir, ma santé est meilleur. Ne pas reporter à demain, demain est incertain.