Amoureuse d'une illusion

18 mars 2019

Mon quotidien

Comment parler de mon quotidien !

On est dimanche et je ne supporte pas les dimanches çà me donne le bourdon.

Je suis tristounette. Je fais le maximum pour trouver un peu de bonheur mais cela est difficile. Je vais au sport, je fais du cartonnage à trente kilomètres de chez moi, j’essai me m’organiser quelques sorties avec mon groupe associatif mais, dès que je rentre chez moi, j’ai la soupe à la grimace. (Comment puis-je m’autorise à sortir et le laisser seul !)

Mon conjoint me tire par le bas. Avec lui, tout est négatif, tout est triste, il ne faut pas sortir, pas voir les autres vivre joyeusement, ils n’ont rien compris, la vie est une tartine de merde.

Je lui ai annoncé hier que je partais quatre jours en mai. L’orage ne s’est pas fait attendre.

Et puis, il y a ce cancer qui pour l’instant me laisse tranquille mais mon corps à des douleurs persistantes. Ce cancer qui vous arrache progressivement vos amis qui ne savent pas comment se comporter avec vous ; même si vous mettez vos problèmes sous un étouffoir, vos enfants qui ne supportent pas de vous voir souffrir et l’impuissance à vous aider. Ils leurs faut continuer à avancer alors, ils s’éloignent peu à peu eux aussi. Il y a des chemins que l’on doit faire seul.

Partir dans un endroit propre et rassurant, un refuge à m’accorder au commencement et à la fin de chaque journée.

Posté par rainbow9148 à 09:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 février 2019

Conversation inutile

Est-ce que chacun dans sa traversé de vie doit faire sa provision de malheur ?

Nous sommes chez Mc Do dans un brouhaha infernal devant un « Big Mac » dégoulinant de graisse et je sais que mon estomac va crier « au secours » dans l’après-midi mais je me régale.

Il me parlait de sa vieillesse, de son dégout de la France en ce moment, de son mal être, de sa peur de la mort qu’il a frôlé avec son AVC. (5 ans déja )

A travers les cris et les rires de la table a coté de nous, je lui ai parlé peut-être trop légèrement moi aussi de mes peurs face à mes cancers.

Je lui disais que je me sentais souvent face à un peloton d’exécution les yeux bandés tremblante de peur mais, qu’au dernier moment ils me ramenaient dans ma cellule dans le couloir de la mort et que cette scène je la revivais sans cesse.

J’ai vu dans son regard le manque d’intérêt pour ce que je lui disais. Ses yeux cherchaient les toilettes. De toute évidence ma conversation l’agaçait. Aucune empathie.

 

Posté par rainbow9148 à 23:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2019

je suis inondée de bonheur

Je cherche des mots mais ne les trouvent pas. Je suis juste inondée de bonheur.

Mon bébé, mon amour porte un bébé gros comme une noix.

Ma vie est sur le départ et la sienne arrive. Une vie bienvenue. Tu as déjà trouvé toute ta place dans nos cœurs. Je te souhaite une vie merveilleuse car, tu verras…elle est merveilleuse cette vie.

Mais toi que me laisse sans voix m’inonde bonheur.

Posté par rainbow9148 à 00:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 février 2019

Une belle rencontre

Aujourd’hui j’ai fait la connaissance de Perle. Camille m’avait beaucoup parlé d’elle. J’enviais la relation qu’entretenais ces deux copines.

J’ai fait une belle découverte avec Perle et mes préjugés vont volés en éclats. Perle est douce, attentive, on la perçoit dans un premier temps comme une femme timide, effacée, soumise mais, pas du tout. Perle est douce mais sait s’imposer, c’est une femme joyeuse et rigolote, cultivée sans étaler sa culture, à l’écoute des autres. Une belle rencontre aujourd’hui.

Posté par rainbow9148 à 23:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2019

Trop nombreux

Je viens de terminer le Bilan comptable de la Sté dont je continue à aider. Surtout ne pas remettre a demain ce que je peux faire le jour même.

Demain reste incertain. Je n’ai plus grand-chose à faire par cette journée neigeuse.

En ce moment le France se glorifie d’avant atteint les 67 million d’habitants. Notre accroissement est incessant, à vitesse grandissante. J’entends des voix dirent que nous ne sommes pas encore assez nombreux ce qui m’inquiète. La montée incompressible de nos désirs, de nos appétits, sera la cause première, peut-être même la seule cause, de notre disparition annoncée.

Il eut fallu, il y a une bonne centaine d’années, commencer par limiter la population humaine (mais ça, c’est tabou). Car tout est là, à l’évidence. Nous sommes beaucoup trop nombreux.

 

Posté par rainbow9148 à 15:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 janvier 2019

Je le mérite ?

Diner chez « DU*CAS*SE » sur sa péniche. Voyage sur la seine avec les bâtiments illuminés sur les berges.

Juste merveilleux, le repas, le parcours. Que du bonheur. Je ne voulais rien manqué de ce magnifique décor de Paris parés de ses illuminations de fêtes de fin d’année.

Nous étions six mais Je sais que c’est pour moi et pour moi seule que tu as dépenser autant d’argent. Tu savais que j’en rêvais et tu as exhaussé mon rêve. Souvent je pense que je ne mérite pas un fils aussi gentil, je suis surprise de la gentillesse de mes proches. Est-ce que je le mérite ?

Posté par rainbow9148 à 21:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 janvier 2019

ce 25 décembre

Hier on était tous là, chez moi. J’aime lorsque j’ai toute ma smala est rassemblée autour de moi. On a beaucoup ri, on s’est raconter nos histoires drôles, et, à minuit pétantes j’ai ouvert ma porte et j’ai vu mes jolis papillons s’envoler. J’ai bien essayé de les retenir dans la nuit mais, déjà, ils étaient trop haut, ils volaient en direction des lumières de la ville, fuyant le noir.

Ma petite fille de treize ans m’a fait une jolie lettre d’amour ou elle me demande de me battre, de vaincre cette maladie, de rester près d’elle. J’en ai pleuré.

Ce soir je suis triste. Un conjoint absent qui ne n’adresse pas la parole pendant qu’un cancer dévore mes entrailles.

Il me fait la tête certes, ce qui ne l’empêche pas d’aller à l’église prié chaque jour.

Je lui ai dit que j’avais besoin d’espoir pour avancer, d’espoir affective, de sécurité. Pas d’une grenouille de bénitiers qui prie afin que le seigneur m’accueille.

J’ai souvent cherché chez mon conjoint ce geste, ce rire qui nous vient de notre enfance et que l’on retrouve chez certains d’entre nous devenu adulte mais, chez lui, rien…il est né vieux.

Posté par rainbow9148 à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 décembre 2018

L'immensité de l'inconnu

Ne pas rester aveugle durant cette vie, ne pas rester indifférent. Je suis encore surprise devant ce qui m’entoure, m’accompagne, m’instruit, ce qui m’interroge. Lire et voir, jusqu’au bout. S’intéresser. Ne pas partir idiote. Ne pas perdre une seule occasion. Rester aux aguets. Savoir, apprendre, découvrir chaque jour quelque chose sur le monde, ou sur les autres, sur nous-mêmes ou même sur les choses que nous trouvons inintéressant. L’allégresse de l’acquisition de la connaissance. Savoir qu’on ne sait pas, fait partie du savoir. Ne pas se décourager devant l’immensité de l’inconnu.

Posté par rainbow9148 à 09:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2018

Soif d'apprendre

Ce monde est encore fait pour moi, j’ai soif d’apprendre, soif de demain, soif de connaitre les nouvelles technologies.

Mes souvenirs, mes connaissances ? mes petits-enfants me font parler, ils ont eux aussi soif de savoir alors, je transmets volontiers.

 Les hommes (terme générique) eux, ne s’intéresse plus à moi depuis longtemps, je suis devenue transparente l’accord est rompu, mon temps est déjà passé.

 

 

Posté par rainbow9148 à 11:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2018

Répit

Lundi je revoie l’Oncologue (je refuse de dire MON Oncologue) mes marqueurs sont bons et mon traitement médicamenteux a commencé lequel je l’espère qu’il m’emmènera aussi loin que possible.

Mon beau-frère et ma sœur prennent régulièrement de mes nouvelles, eux qui, se sont si peu souciés à savoir si tout allait bien durant toutes ces dernières années. C’est gentil bien sûr, mais, je regrette ce temps ou tout allait bien ou j’étais heureuse sans leurs appels téléphoniques. Durant toutes ces années, nous n’avons jamais été en phase eux et moi, alors, leur compassion ne m’intéresse nullement. En ce moment, j’ai besoin que personne ne me regarde. Que personne ne me parle. Que personne ne me touche. Qu’on me laisse faire la morte le plus longtemps possible pour que je puisse recommencer à vivre.

Aujourd’hui j’ai recommencé le sport, quel bien être cela m’apporte, une cure de jouvence.

J’ai pourtant au fond de mon cœur un étang de larmes. J’espère qu’avec le temps et un peu de soleil il s’évaporera doucement.

Posté par rainbow9148 à 14:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]